Qui sont les ‘Garzoni’?

Qui étaient ces garzoni* que l’on embauchait comme apprentis à Venise à l’époque moderne? Quels métiers apprenaient-ils et dans quelles conditions? Avaient-ils tous droit à un salaire, ou parfois seulement à une paire de chaussures et au couvert? D’où venaient-ils, de Venise même, d’un village d’une province voisine, d’un autre pays? Combien fuguaient avant la fin de leur contrat?

Des éléments de réponses à ces questions — et à bien d’autres — se trouvent très certainement dans la série documentaire des Accordi dei Garzoni conservée aux Archives d’État de Venise. Cette ressource, particulièrement riche et jusqu’à présent peu exploitée, est constituée de 32 registres contenant les contrats d’apprentissage déclarés par les différents corps de métier auprès  de la « Giustizia Vecchia ». Parmi ses nombreuses fonctions, cette magistrature s’occupait de veiller au bon déroulement des pratiques de l’apprentissage, étape indispensable pour acquérir le statut de « maestro » (maître) dans chacune des corporations. Ces documents couvrent un arc chronologique très vaste (de 1575 jusqu’à 1772, avec quelques lacunes) et constituent une source d’information précieuse, permettant à la fois de découvrir l’identité des maîtres et apprentis actifs à Venise dans les différents métiers, et d’en savoir davantage sur leur travail, le fonctionnement de l’atelier ou de la boutique ainsi que sur les pratiques de la formation à Venise à l’époque moderne.

De ces apprentis devenus maîtres, nous avons beaucoup à apprendre. Comment procéder? La masse de données est considérable — 55 000 contrats environ, toutes corporations confondues — et pour que ces informations deviennent véritablement parlantes, pour qu’elles puissent contribuer à enrichir l’état des connaissances historiques sur ce thème si crucial et actuel qu’est l’apprentissage, la création d’un outil informatique s’impose. C’est autour de cet enjeu que naît le projet bilatéral franco-suisse (ANR/FNS) GAWS. Garzoni : Apprenticeship, Work and Society in Early Modern Venice, XVI-XVIII centuries (Garzoni : Apprentissage, Travail et Société à Venise à l’époque moderne, XVIè-XVIIIè siècles), animé par un consortium international qui voit parmi ses principaux acteurs l’Université Lille 3, l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, l’Université de Rouen, l’Université Ca’ Foscari et les Archives d’État de Venise (cf. onglet Partenaires).

Une fois la création de l’outil informatique achevée, le dépouillement de la série et le recensement des données permettront d’entamer une analyse historique inédite sur l’apprentissage. A cet égard, trois principaux axes de recherche ont été retenus:

  1. L’économie de l’apprentissage ;
  2. Apprentissage, art et architecture ;
  3. Apprentissage, famille et genre.

Les résultats de cette recherche seront communiqués dans un colloque de clôture (2018) et la publication d’un ouvrage en deux volumes.

*de l’italien garzon, à savoir garçon, apprenti.

Auteurs: V. Sapienza, M. Ehrmann