Un nouveau paradigme de l’apprentissage technique? Les écoles d’artilleurs de la Monarchie Hispanique (1560-1610)

Brice Cossart (European University Institute)

 

Aunque parezca importuno, pues la pena de serlo puede pagar el zelo, vuelvo a acordar de la importancia grande que sería havilitar un número de 1000 artilleros marineros en las costas de España para tenerlos en ellas sin sueldo sufficientes y examinados todas las vezes que sean menester, lo qual con muy poco gasto se podría, poniendo un cabo que tuviese escuela en cada uno de los lugares marítimos de más concurso.

Pedro Lopez de Soto, inspecteur de l’artillerie de Galice, écrivant au Roi[1]

 

Ce projet de créer une réserve d’artilleurs dans les principaux ports d’Espagne répondait à la situation critique dans laquelle se trouvait la Monarchie Hispanique au crépuscule du XVIe siècle. Un siècle auparavant, les Rois Catholiques faisaient appel à quelques dizaines d’experts tout au plus pour l’usage de cette arme révolutionnaire qu’était le canon.[2] En un siècle à peine, l’usage de l’artillerie à poudre s’était répandu au point que les besoins de l’Espagne se comptaient désormais en centaines voire en milliers d’individus si l’on en croit le témoignage de cet officier. Cette transformation de la guerre est souvent référée sous l’expression de « révolution militaire »,[3] mais son impact en termes de ressources humaines et de compétences techniques demeure peu connu. Pourtant, la citation de cet officier espagnol démontre bien les enjeux contemporains autour du maniement du canon. On y trouve une richesse de vocabulaire ayant trait à la problématique de la formation et de l’apprentissage des compétences : le verbe havilitar, c’est-à-dire habiliter ou rendre habile, les adjectifs sufficientes et examinados, suffisants et examinés, qui indiquent un objectif, un seuil minimal de savoir-faire, et enfin même un lieu, l’école (escuela), permettant à l’État de générer en grandes quantités des compétences stratégiques nécessaires à un réseau croissant de fortifications et de flottes de guerre.

Ces écoles d’artilleurs ont peu attiré l’intérêt des historiens malgré l’intérêt qu’elles représentent pour l’histoire des techniques de la première modernité. La première trace de telles institutions apparaît à Venise au début du XVIe siècle. Dans les années 1560, les agents de la Monarchie Hispanique présents à Milan s’inspirèrent du modèle des voisins vénitiens pour ouvrir la première école d’artilleurs du Roi Philippe II d’Espagne. Le modèle fut exporté avec succès en Sicile, puis à Séville et, avant la fin du XVIe siècle, la Monarchie Hispanique se dota d’un réseau de plus d’une vingtaine de ces écoles d’artilleurs. Le caractère innovant de ces institutions par rapport au paradigme dominant de l’apprentissage technique en usage dans la plupart des professions artisanales de l’époque[4] peut être mis en évidence par l’étude du cas de l’école de Séville, créée en 1576 pour pourvoir aux besoins des convois américains de la Carrera de Indias. Plutôt que de s’opérer dans le cadre économique privé de l’atelier du maître, le transfert de compétences se déroulait au sein d’une institution financée et supervisée directement par la Monarchie.[5] En outre, cette école s’adressait non pas à des enfants ou des adolescents, mais à des adultes en reconversion professionnelle, pour la plupart issus des métiers de marins, soldats et artisans. Enfin, le trait le plus marquant de cette institution par rapport aux systèmes d’apprentissage traditionnels fut sa capacité à démultiplier le transfert de compétences : tandis qu’un maître artisan ne formait qu’une poignée d’apprentis, tout au plus, lors de sa carrière, un ou deux maîtres artilleurs étaient capables, à l’école de Séville, de former jusqu’à 150 apprentis chaque année.

Ce changement d’échelle du transfert des compétences s’accompagna d’une institutionnalisation de la norme d’entrée dans la profession. Un cursus clair définissant un programme et un volume de leçons vit le jour dans la plupart des écoles tandis que la pratique de l’examen oral devant un jury d’officiers devint de plus en plus courante. Cet examen consistait en une série de questions orales posées au candidat par le jury et jugeant donc des compétences de l’individu non pas uniquement sur son savoir-faire mais aussi sur sa capacité à produire un discours sur son activité. La nature même de cet examen marquait une prépondérance croissante des savoirs théoriques. En outre, à l’école d’artilleurs de Séville, des cours théoriques séparés spatialement du terrain d’entraînement et dispensés par le mathématicien italien Julian Ferrofino virent le jour dans les années 1590.

Ces derniers éléments insistant sur la dimension théorique de la formation au sein des écoles d’artilleurs invitent à interroger de possibles liens avec le phénomène de réduction en art et le monde de la publication des traités d’artillerie. En effet, à partir de la publication de la Nova Scientia du mathématicien Tartaglia en 1537, toute une littérature technique sur l’artillerie se développa, tâchant de formaliser l’art du tir au canon en lui appliquant des savoirs hybrides tirés de la géométrie, des mathématiques et de la philosophie naturelle.[6] Intégrés aux grands récits de la « révolution scientifique » des historiens des sciences du milieu du XXe siècle, ces traités d’artillerie ont depuis lors été coupés de tout lien avec le milieu technique des artilleurs de terrain.[7] Encore aujourd’hui, les mathématiques sont souvent jugées inapplicables à l’artillerie de l’époque et ces traités se trouvent restreints au rôle d’objets aristocratiques d’échange entre les mathématiciens en quête de patronage et le haut commandement militaire avide de différencier son statut grâce à sa culture savante.[8]

Or tout un faisceau d’indices invite à réévaluer cette coupure artificielle entre traités d’artillerie et milieux artilleurs, en particulier dans le contexte des écoles évoquées précédemment. Il faut d’abord noter que certains auteurs de traités, tels que Luis Collado et Lazaro de la Isla, furent directement impliqués dans l’enseignement et les examens dispensés aux artilleurs.[9] En outre, la rhétorique des traités emprunte souvent à l’univers des écoles d’artilleurs : il en va ainsi des deux « instructions de bombardiers » de Busca et Gentilini,[10] ou encore des chapitres divisés en « leçons » chez Diego Ufano,[11] ou en « examinations » chez Cataneo.[12] Dans son Plática Manual, Collado propose même un modèle d’examen d’artilleur et affirme l’utilité de son livre pour les écoles.[13] Par ailleurs, la comparaison entre le contenu de ces livres et les rares programmes d’enseignement qui nous sont parvenus démontre de grandes similitudes dans les thèmes abordés. En d’autres termes, tout maître d’une école d’artilleurs pouvait se servir des traités d’artillerie imprimés pour construire son cours. Enfin, l’étude des notes manuscrites en marge de plusieurs dizaines de traités d’artillerie imprimés a permis la découverte d’un exemplaire du Perfeto Capitán de Diego de Álava[14] annoté par Pedro de Villanueva, maître de l’école d’artilleurs de Pampelune à la fin du XVIe siècle. L’abondance de ses annotations démontre des compétences mathématiques excellentes ainsi qu’une fine compréhension de l’argumentation de l’auteur voire même une lecture critique à l’aune d’autres grandes œuvres telles que la Nova Scientia de Tartaglia.[15] Tous les apprentis, pour la plupart marins, soldats et artisans, n’étaient sans doute pas capables d’une telle lecture. Aussi nous faut-il faire l’hypothèse d’une lecture collective de ces grands traités in-folio ou in-4° au sein des écoles d’artilleurs, sous la supervision du maître.

Les écoles d’artilleurs de la Monarchie Hispanique offrent donc un cas d’étude intéressant de l’institutionnalisation d’un apprentissage technique en dehors de l’univers des guildes. Imputable à la bonne conservation des archives gouvernementales espagnoles, le foisonnement de détails concernant le contenu et les modalités du transfert de compétences invite à questionner plus largement la nature des savoirs transmis au sein des professions techniques de l’époque. Certaines sources révèlent en effet l’existence d’une pratique de l’examen oral sous forme de questions non seulement au sein de certaines professions au service de la Monarchie – les pilotes, forgerons, fondeurs – mais aussi parmi certaines guildes d’artisans espagnoles et italiennes. En d’autres termes, davantage de recherches sont nécessaires afin d’interroger la spécificité du milieu artilleur et son degré d’insertion dans une transformation plus vaste de la nature des savoirs transmis de maître à apprenti dans le monde professionnel de la première modernité.

 

 

[1] AGS GYM leg. 398/294 (19/02/1594).

[2] A. Ladero Galan, « Artilleros y artillería de los Reyes Católicos (1495-1510) », dans E. García Hernán et D. Maffi (ed.), Guerra y sociedad en la monarquía hispánica: política, estrategia y cultura en la Europa Moderna, 1500-1700, Madrid, Laberinto : CSIC Fundación MAPFRE, 2006, pp. 805-830.

[3] G. Parker, The Military Revolution: Military Innovation and the Rise of the West, 1500-1800, Cambridge, Cambridge University Press, 1988; C. J. Rogers (ed.), The Military Revolution Debate: Readings on the Military Transformation of Early Modern Europe, Boulder, Westview Press, 1995.

[4] B. De Munck, S. L. Kaplan et H. Soly (ed.), Learning on the Shop Floor: Historical Perspectives on Apprenticeship, Oxford ; New York, Berghahn Books, 2007; B. De Munck, Technologies of Learning. Apprenticeship in Antwerp Guilds from the 15th Century to the End of the Ancien Régime, Turnhout, Brepols, 2007; S. R. Epstein, « Craft Guilds, Apprenticeship and Technological Change in Preindustrial Europe », The Journal of Economic History, vol. 58, no 3, 1998, pp. 684-713.

[5] Pour plus de détails, voir B. Cossart, « Manufacturing Skills for an Empire : the Seville School of Gunners during the Golden Age of the Carrera de Indias », Technology and Culture, vol. 58, Avril 2017, pp. 459-486.

[6] P. Brioist, « Les mathématiques et la guerre au XVIe siècle : France, Italie, Espagne, Angleterre », thèse d’habilitation, Université François Rabelais, Tours, 2009.

[7] A. Koyré, Études d’histoire de la pensée scientifique, Paris, Gallimard, 1973; A. R. Hall, Ballistics in the Seventeenth Century: a Study in the Relations of Science and War with Reference Principally to England, Cambridge, Cambridge University Press, 1952; A. R. Hall, The Scientific Revolution, 1500-1800: the Formation of the Modern Scientific Attitude, Boston, Beacon Press, 1966. Pour une lecture critique du concept de révolution scientifique, voir S. Shapin, The Scientific Revolution, Chicago, Chicago Press University, 1996.

[8] D. C. Goodman, Power and Penury: Government, Technology and Science in Philip II’s Spain, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 125 ; J. Bennett, « Practical Geometry and Operative Knowledge », Configurations : a journal of literature, science and technology, vol. 6, 1998, pp. 195-222; S. A Walton, « Mathematical Instruments and the Creation of the Scientific Military Gentleman », dans Instrumental in War: Science, Research, and Instruments between Knowledge and the World, Boston, Brill, 2005, pp. 17-46.

[9] L. Collado, Plática manual de artillería…, Milán, Pablo Gotardo Poncio stampador de la Real Cámara, 1592 ; L. de la Isla, Breve tratado de artillería, geometría y artificios de fuegos, Madrid, Viuda de Pedro Madrigal, 1595.

[10] G. Busca, Instruttione de’ bombardieri, Carmagnola, Marco Antonio Bellone, 1584; E. Gentilini, Instruttione de’ bombardieri, Venise, Francesco dei Franceschi, 1592.

[11] D. Ufano, Tratado de la artillería y uso della platicado por el capitán Diego Ufano en las guerras de Flandes, Bruxelles, Juan Momarte, 1612.

[12] G. Cataneo, Avvertimenti et essamini intorno a quelle cose che richiede a un bombardiero, Brescia, Thomaso Bozzola, 1567.

[13] L. Collado, Plática manual de artillería…, op. cit., fol. 103-112.

[14] D. de Alava y Viamont, El perfeto capitán, instruido en la disciplina militar, y nueva ciencia de la artillería, Madrid, Pedro Madrigal, 1590.

[15] N. Tartaglia, Nova scientia inventa da Nicolò Tartalea, Venise, Stephano da sabio, 1537.