L’institutionnalisation de l’apprentissage à Rouen (XIVe-XVe siècles)

François Rivière (ATER; ICT (EA337) – Université Paris Diderot)

 

L’apprentissage dans les activités manufacturières et commerciales est mal connu à Rouen avant l’émergence d’institutions professionnelles qui sont qualifiées de « mestiers », à la fin du XIIIe siècle : j’emploierai « métier » dans ce sens, et non dans celui de profession. La formation apparaît alors dans le cadre de règles, qui ne sont pas toujours liées à une communauté de type corporatif, mais qui sont appliquées par des gardes généralement issus des professions concernées. Ces structures n’ont pas de rôle politique et leur pouvoir judiciaire se limite à confisquer des produits, à témoigner de la qualification de travailleurs et à dénoncer les infractions aux autorités judiciaires.

On peut rapprocher ces institutions collectives de guildes, dont l’une des fonctions aurait été, selon Stephan R. Epstein, de partager les coûts et les bénéfices cachés de la formation entre les maîtres, les apprentis et leurs famille. En créant un marché du travail spécifique et un accès privilégié aux rentes liées à l’innovation, le contrôle de l’apprentissage aurait permis la longévité d’institutions professionnelles dans le secteur manufacturier.

Au-delà des études déjà menées dans la draperie et le bâtiment, je tenterai une analyse transversale, qui recoupe les règlements de métiers avec les contrats et des sources judiciaires.

Les lacunes des sources incitent à la prudence, même pour les institutions reconnues : alors que des règles écrites sont mentionnées pour 35 organisations professionnelles entre 1290 et 1382, des textes n’ont été conservés que pour 24. De plus, d’autres structures dotées de gardes et prélevant des frais d’entrée en activité sont attestées par les sources judiciaires de la commune, alors que leurs règlements écrits n’ont été retrouvés que pour une période ultérieure.

Au-delà de la réglementation écrite, des coutumes qui institutionnalisent l’apprentissage apparaissent dans des procès ou par la régularité des clauses des contrats. L’absence de source normative ne signifie donc pas que l’apprentissage reste informel, mais plutôt qu’il ne faisait pas partie des enjeux au moment de la rédaction des normes conservées.

Dans le Livre des métiers de Paris, comme à Rouen, une large partie des ordonnances ne mentionnent pas l’encadrement de l’apprentissage. Ce sont notamment des professions commerciales telles que les poissonniers, les merciers ou les changeurs. Ce constat alimente la thèse de Stephan R. Epstein, qui se concentre sur les institutions des métiers manufacturiers, distinguées de celles du commerce, qui suivraient une autre logique.

À Rouen, au XIVe siècle, la régulation porte essentiellement sur la limitation à un apprenti par maître (seuls les fabricants de cardes font exception) et à la fixation d’une durée minimum d’apprentissage. Cette durée va de 2 à 7 ans d’après les règles écrites ou les usages attestés, mais dans 12 institutions de métiers sur 15, elle ne dépasse pas 4 ans. Cette longueur moyenne de la formation rejoint les pratiques constatées à Marseille avant 1347, mais est très inférieure aux normes parisiennes, très majoritairement supérieures à 8 ans. Les enfants de maître ou de maîtresse peuvent être exemptés de cette durée. Ces normes sont respectées d’après les contrats déjà étudiés, mais la durée minimum est parfois dépassée (couvreurs). Un article des drapiers en 1378 explique que les apprentis peuvent payer leur formateur restant plus longtemps avec lui sans rémunération. Dans les professions pour lesquelles aucune institution de métier n’est connue, la durée des contrats ne dépasse pas 8 ans mais varie plus (verriers, entre 4 et 8 ans).

L’entrée en apprentissage est explicitement ritualisée par un serment dans 8 institutions de métiers sur les 14 qui sont documentées, avec parfois une modeste redevance : cela marque ainsi une entrée officielle dans une institution de métier. Cet aspect formel peut devenir un enjeu plus visible que la formation elle-même, comme l’illustre un conflit de 1350. Alors que les fabricants de draps rayés prétendent faire aussi des draps unis, les drapiers qui sont spécialisés dans ces derniers leur opposent que leurs ordonnances exigent d’avoir fait un apprentissage auprès de l’un d’entre eux. L’Échiquier de Normandie, la cour suprême, trouve un compromis en autorisant chacun des deux groupes de drapiers à pratiquer l’activité de l’autre en refaisant un apprentissage et en payant de nouveau des frais d’entrée dans l’organisation professionnelle, mais avec une durée et un montant réduits de moitié. Il s’agit sans doute de gérer la reconversion des drapiers de draps rayés, dont le produit est en train de passer de mode. L’apprentissage permet ici de contrôler l’entrée dans une communauté pour bénéficier de ses droits.

Toujours chez les drapiers, la durée d’apprentissage sert également à différencier des groupes professionnels à l’intérieur d’une même institution de métier. Ainsi, les foulons doivent 1 an d’apprentissage, les cardeurs (laineurs) ainsi que les tondeurs 2 ans, et les tisserands ainsi que les drapiers qui foulent, cardent et tondent 3 ans. On retrouve ce type de procédures dans d’autres institutions de métiers regroupant plusieurs professions, même si ce n’est pas systématique : en 1346, après un conflit, les plâtriers gagnent le droit de devenir couvreurs en faisant un apprentissage qui est alors réduit à un an au lieu de trois, alors que celui d’un plâtrier ou d’un simple couvreur reste de trois ans. Si la durée de l’apprentissage dépend de la difficulté de l’activité, elle était donc aussi un outil juridique formel pour limiter le nombre de travailleurs qualifiés et pour gérer les fluctuations du marché du travail.

L’institutionnalisation de la formation professionnelle contribue de plus à délimiter des identités urbaines. En effet, 8 des 14 institutions de métiers qui régulent l’apprentissage stipulent que pour devenir maître, il faut avoir été formé à Rouen ou dans une ville de loi, c’est-à-dire où les professions sont réglementées. Cette contrainte juridique révèle son formalisme lorsque la Guerre de Cent Ans cause un afflux de réfugiés déjà qualifiés à Rouen.

En 1358, les bouchers rouennais se plaignent d’avoir dû payer une forte somme à leurs formateurs pour accéder à la profession, alors que les nouveaux venus ont été autorisés par la commune à s’installer sans aucunes formalités, dans le but explicite de faire baisser le prix de la viande en augmentant l’offre. Une deuxième organisation professionnelle spécifique aux bouchers forains (venus de l’extérieur) est créée, mais est soumise à l’inspection des gardes des bouchers rouennais, et ne paraît pas réguler l’apprentissage ni disposer de ses propres gardes. Cette nouvelle boucherie est localisée dans les faubourgs près des portes de la ville mais en 1390, ses occupants sont contraints de vendre aux Halles du Vieux Marché, contrôlées par les vieux bouchers. Puis, en 1432, les bouchers forains formalisent leur organisation par écrit : ils sont dotés de leurs propres gardes et imposent aux maîtres de n’avoir qu’un apprenti, pour un minimum de 3 ans, contre 4 pour les vieux bouchers.

En 1372, les drapiers de la « grande draperie » sont eux défendus par la commune contre les forains, qui n’ont pas fait leur apprentissage à Rouen, mais ces derniers s’adressent au roi Charles V pour obtenir le droit de produire des draps sous une marque différente. Ce privilège, d’abord accordé pendant la durée de la guerre, est prolongé indéfiniment à partir de 1381, où ils acquièrent le droit de véritablement sceller leurs produits. Mais la question de l’apprentissage n’apparaît dans la réglementation des drapiers forains qu’en 1401, alors que le travail de nuit leur était déjà interdite par un usage coutumier en 1391. Les forains s’alignent alors globalement sur les durées d’apprentissage de la grande draperie, en distinguant les mêmes spécialités. La convergence est concrétisée par la fusion entre draperie foraine et la grande draperie à partir de 1424.

Les enjeux de l’apprentissage apparaissent également chez les fileurs et fileuses. En 1338, cette institution de métier en majorité féminine révise ses ordonnances pour exiger l’enregistrement des apprenties par la ville, clause unique dans la réglementation professionnelle rouennaise du XIVe siècle. Cette mesure est justifiée par l’existence de maîtresses pauvres, qui acceptent des apprenties sans avoir de quoi les entretenir, qui recourraient donc à de la sous-traitance de la part de maîtresses plus aisées. En 1358, l’apprentissage est aussi limité pour les maris et les brus de maîtresses, qui feraient une concurrence déloyale à celles qui ont dû payer leur apprentissage. La coïncidence d’argument et de date avec l’ordonnance des bouchers laisse penser qu’il s’agit d’une réaction face à la main d’œuvre extérieure. En 1338 comme en 1358, le poids financier et formel de l’apprentissage est utilisé pour limiter le nombre d’entreprises familiales en fonction de la demande.

Ces restrictions de la concurrence sont toutefois remises en cause en 1407 par le bailli royal de Rouen, qui se plaint que des travailleurs extérieurs soient forcés de faire un nouvel apprentissage alors qu’ils sont déjà formés : ce critère est alors supprimé, même si la maîtrise reste conditionnée par un examen et le paiement de frais. Mais les bouchers et les drapiers peuvent maintenir l’apprentissage comme barrière, parce qu’ils allèguent l’existence d’organisations professionnelles parallèles accueillant les forains. Il convient donc de nuancer la thèse de Stephan Epstein : au-delà des activités de service, des organisations de métiers « foraines » peuvent prospérer en contrôlant la qualité mais pas l’apprentissage, même si elles tendent in fine à intervenir dans ce domaine dans le cas des drapiers et des bouchers rouennais. L’intervention des pouvoirs publics paraît ici décisive pour adapter au moins temporairement le contrôle de la formation à la conjoncture.