La transmission d’un savoir-faire familial au cours de l’époque moderne Etude du cas rouennais

Alexandra Amiot (Université de Rouen Normandie)

 

D’après l’étude de la communauté mixte des fileurs et des fileuses, de 1630 à 1779[1], près de 76% des admissions en maîtrise concernent des « enfants du métier » et cette constatation peut être appliquée à de nombreuses autres professions. Le terme « enfants du métier » désigne les enfants du maître et/ou de la maîtresse de métier et, même s’ils sont encore mineurs, ces jeunes ont déjà un statut particulier au sein de la communauté.

Dans les métiers, la notion de transmission familiale est fondamentale, comme le démontrent les règlements des métiers, qui favorisent considérablement les enfants de maîtres et/ou de maîtresses. A Rouen, à l’instar des maîtres de métier, les corporations mixtes et exclusivement féminines sont autorisées et les maîtresses peuvent donc transmettre leurs connaissances et leur titre. Les enfants du métier, les filles comme les garçons, bénéficient du fait de ne pas avoir à payer leur apprentissage, de ne devoir payer que la moitié des charges engendrées par la réception à la maîtrise et de ne pas avoir à passer un examen final, autrement dit réaliser un chef-d’œuvre. Dans quelques communautés, le chef-d’œuvre est demandé à tous les aspirants, comme c’est le cas chez les dinandiers et les vinaigriers. Dans les faits, tous ces avantages encouragent les enfants à reprendre l’affaire familiale, ce qui leur assure une situation stable et une certaine reconnaissance dès le début de leur carrière, et le maître fait d’autant plus consciencieusement son travail quand il doit transmettre l’affaire. En outre, il faut également garder à l’esprit que les enfants restent les ouvriers les plus fiables dont peut disposer le maître ou la maîtresse ; c’est pourquoi les cadets sont autant formés que les aînés, car toute la fratrie apporte son aide dans la boutique familiale. Quand le fils reprend les affaires du père, cette transmission est considérée comme un gage de qualité ; comme les techniques sont pratiquées sans relâche de génération en génération, on estime que les grandes familles du métier parviennent à un certain degré de perfection. Le père de famille a le devoir moral de s’assurer du bon établissement de ses enfants, et c’est pour cette raison qu’il les forme à son métier en priorité ; quoiqu’il arrive, les enfants pourront toujours monnayer ce savoir-faire, qui fait quasiment partie de la dot pour les filles. Les membres d’une même fratrie sont généralement formés simultanément, fait que l’on peut constater d’après les dates de réception à la maîtrise, qui sont proches ou similaires. Au XVIIIe siècle, il n’est pas rare de voir quatre ou cinq enfants reprendre le métier de leurs parents, et cela est visible dans toutes les communautés (masculines, féminines, mixtes). Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, cette frénésie à faire recevoir ses enfants à la maîtrise vient du fait que les métiers se ferment ; face à une concurrence qu’elles jugent écrasante, quasiment toutes les communautés n’acceptent plus que les enfants du métier à la maîtrise. La circulation des jeunes entre les communautés devient difficile et dès les années 1720, de nombreuses plaintes sont émises par les apprentis, qui accusent les gardes des métiers de leur imposer un chef-d’œuvre impossible à réaliser. Au cours de la décennie 1750, le processus de fermeture des métiers, de « patrimonialisation »[2] des savoir-faire, atteint son paroxysme ; c’est pourquoi, face au nombre croissant de plaintes, les commissaires du Bureau d’Arts et Métiers prennent la décision de « faire cesser l’abus du privilège exclusif restraint depuis plus de 30 ans aux seuls fils de maîtres, qui enlève à plusieurs particuliers la faculté de s’établir et de d’introduire une concurrence utile dans ce genre de commerce »[3]. En dépit de ces efforts, ce sont encore majoritairement des enfants du métier qui sont admis maîtres dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, car les commissaires n’ont pas réussi à faire céder les corporations, qui détiennent encore un fort pouvoir politique.

Si les règlements prévoient le fait de ne former qu’un apprenti à la fois, il faut garder à l’esprit que nombreux sont les maîtres et maîtresses qui forment leur apprenti(e) en même temps que leurs enfants. Autrement dit, la boutique est un lieu où se concentre la jeunesse, dans le sens où les maîtres et maîtresses n’ont que très rarement qu’un jeune à former à la fois. Le cas des admissions multiples au sein des fratries corroborent cette hypothèse. Cependant, comme leurs enfants ne sont pas officiellement déclarés comme « apprentis », les maîtres et maîtresses peuvent se permettre de prendre en charge un enfant extérieur au métier, dont la famille est en mesure de payer la formation. Cela représente un revenu supplémentaire et on peut supposer que c’est l’apprenti qui s’occupe des tâches les plus ingrates de la boutique, et non les enfants du métier. La question du salaire des enfants du métier est assez difficile à trancher car les occurrences à ce sujet dans les registres sont rares, et d’autant plus que ces jeunes ne sont soumis à aucun contrat. Dans le registre des tailleurs de 1769[4], ces enfants sont clairement nommés comme « fils de maître » et sont rémunérés la même somme que les « apprentis », c’est-à-dire un sou par semaine. En outre, comme ce registre recense semaine par semaine le nombre d’employés qui travaillent dans les boutiques, on constate que la présence des fils de maître n’est pas forcément régulière. Par exemple, Jean Poesand n’emploie son fils que trois mois dans l’année, en janvier, septembre et décembre. Quelle activité exerce le fils le restant de l’année ? Dans certains cas, les fils de maître ne seraient-ils que de la main-d’œuvre d’appoint ? Toujours est-il que les aptitudes professionnelles des enfants du métier ne sont pas davantage considérées que celles des jeunes extérieurs au métier, comme le démontre leur salaire. Dans le registre des chapeliers, qui couvre la période de 1752 à 1779[5], aucune rémunération ne concerne les fils de maître ; sont-ils classés dans la catégorie des apprentis ou est-ce à chaque famille de décider combien le jeune doit être rétribué pour son travail ?

Dans les règlements, la formation que doivent recevoir les enfants du métier n’est que très brièvement évoquée ; en général, il est juste précisé que l’enfant doit apprendre le métier auprès de ses parents. En réalité, certaines pratiques, pourtant illégales, étaient tolérées au sein d’une même famille. Dans toutes les communautés de métier, et tout au long de l’époque moderne, il arrive très fréquemment que des pères ou des mères soient admis à la maîtrise seulement quelques jours avant leurs enfants, voire le même jour. Ces enfants, n’ont officiellement pas pu être formés comme des « enfants du métier », et pourtant ils sont considérés comme tels lors de leur admission à la maîtrise. On peut donc supposer que le père/la mère devait travailler comme ouvrier/ouvrière dans la boutique des grands-parents. De ce fait, les enfants ont soit appris leur métier auprès de leur père, un compagnon, ce qui est en théorie formellement interdit, soit auprès de leurs grands-parents. D’un point de vue juridique, ces enfants n’ont aucune situation professionnelle car ils ne bénéficient pas du statut d’enfants du métier et ils ne sont pas enregistrés comme « apprentis » dans les registres. Le seul lien reconnu dans les communautés de métier est la filiation, mais il semble évident que la boutique familiale est un lieu où se concentre le travail de plusieurs générations. D’un point de vue historiographique, le rôle des grands-parents au cours de l’époque moderne n’a quasiment pas été abordé. Pourtant, lorsque les parents sont défaillants, ou décédés, les grands-parents participent activement à l’éducation des petits-enfants, ce qui est particulièrement remarquable lorsque l’on étudie les dossiers de tutelle ; les grands-parents sont les premières personnes à être sollicitées pour prendre en charge les enfants[6]. En partant de cette constatation, on peut en déduire que si les grands-parents sont les premiers tuteurs des enfants, ils ont également un rôle de formateurs, ce qui est particulièrement visible d’après l’étude des sources judiciaires et des registres de réception à la maîtrise.

Contrairement à ce que laissent penser les règlements des métiers, aucune généralisation ne peut être affirmée sur le sujet de la transmission familiale ; si ce n’est, justement, la diversité des parcours. Dans les fonds d’archives actuellement disponibles, les contrats d’apprentissage ont laissé peu de trace, alors comment envisager la situation des enfants du métier, qui jusqu’à ce qu’ils obtiennent leur maîtrise, vivent dans l’ombre de leurs parents ? En effet, plusieurs générations peuvent exercer dans l’ombre de la figure charismatique du maître ou de la maîtresse de métier : les enfants, mais également les petits-enfants. On peut supposer que cette absence de document concernant les enfants et petits-enfants de maître et/ou de maîtresse a participé à la dévalorisation du rôle des grands-parents dans la transmission des savoir-faire. Par ailleurs, le lien entre les différentes parties n’est que rarement précisé dans les contrats d’apprentissage, ce qui a pour conséquence le fait que les contrats passés entre sœurs, frères, tante/nièce, oncle/neveu et cousins/cousines passent inaperçus. En effet, l’absence de document et le manque de précision dans les contrats d’apprentissage ont certainement contribué à limiter le concept de transmission familiale au lien filial.

 

 

[1] Archives Départementales de Seine-Maritime, 5 EP 442 et 450.

[2] Anna Bellavitis, Manuela Martini et Raffaella Sarti, « Une histoire de la famille à part entière ? », Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, no 128‑1, 19 Janvier 2016.

[3] A.D.S.M., C 137.

[4] A.D.S.M., 5 EP 687.

[5] A.D.S.M., 5 EP 205.

[6] Dossiers de tutelle classés aux A.D.S.M. dans la série B.