Archives pour la catégorie Billet

La Giustizia Vecchia

La magistrature des Giustizieri (Jusiticiers) ou Ufficiali alla Giustizia (officiers de la Justice) est créée conjointement à la loi annonaire de 1173 du doge Sebastiano Ziani. Les objectifs principaux étaient le contrôle de l’approvisionnement et des prix des biens de consommation quotidiens (vin, céréales, viande, huile, poisson, fruits), ainsi que la protection des consommateurs face aux fraudes commises sur le marché alimentaire. Au XIIe siècle, c’est donc l’ensemble des métiers liés à la vente de biens alimentaires qui sont doncernés. Les compétences de cette magistrature sont élargies au XIIIe siècle à tous les autres métiers de la ville, à l’excpetion de ceux liés au travail de la laine et de la soie, qui restent sous le contrôle des Provveditori di Comun (Provéditeurs du Commun).

Le nombre de Giustizieri (Justiciers) est initialement fixé à cinq, mais il est rapidement réduit à trois. Leurs compétences sont larges et regroupent non seulement le contrôle des poids des mesures et des prix des marchandises, mais également les jugements de litiges au sein des corporations, l’examen des conditions requises pour s’inscrire dans une corporation, ou encore les vérifications liées aux exportations vers des territoires faisant partie de puissances en guerre contre Venise.

Après l’ajout de trois ufficiali (officiers) supplémentaires en 1261, il est décidé de scinder ce collège en deux magistratures distinctes : la Giustizia Vecchia (Ancienne Justine) et la Giustizia Nuova (Justicie Nouvelle). Cette dernière obtient la tâche de défendre les consommateurs des fraudes commises par les taverniers et vendeurs de vin au détail. Elle s’occupe également des procédures engagées en cas de vente après hypothèques contractées sur des auberges.

 

La charge de travail étant reconnue trop importante pour les trois Giustizieri Vecchi, il est décidé d’en ajouter un quatrième en 1446.

La Giustizia Vecchia est organisée comme une cour de première instance, dont les sentences pouvaient être revues en appel par le Cattever, pour des litiges qui ne dépassaient la somme de cinquante ducats, et au delà, par la Quarantia.

En 1565, il est décidé de joindre à la Giustizia Vecchia une nouvelle magistratures, dont les membres sont issus du Sénat : les provveditori alla Giustizia Vecchia (Provéditeurs à l’Ancienne Justice). Ces deniers s’occupaient principalement de jugements en appel des sentences rendues par les Giustizieri Vecchi, mais également de l’organisation de l’approvisionnement de la capitale. Les Giustizieri Vecchi sont ainsi réduits à une magistrature exécutante en matière de biens de consommation alimentaire quotidienne.

Entre 1530 et 1584, un collège extraordianire est institué par le Consiglio dei Dieci (Conseil des Dix), appelé les Cinque Savi sopra le matricole (Cinq Sages aux Matricules), dont les fonctions était d’une part de revoir les statuts et les lois des corporations, et d’autre part de contrôler les prix.

En 1572, par ordre du Sénat, est créé le Colleggio delle arti (Collège des arts), d’abord composé des provveditori, des giustizieri vecchi et des Cinque Savi alla Mercanzia, ensuite rejoints par les Regolatori sopra i dazi (Régulateurs de taxes) en 1627. Cet organe collegial devait réformer le fonctionnement des corporations.

Les fonds d’archives de cette magistrature sont composés de documents allant de 1200 à 1806, et sont particulièrement utiles pour notre projet, non seulement parce qu’ils contiennent la série sur les contrats des apprentis (accordi dei garzoni), mais aussi parce qu’ils conservent une ample documentation sur les corporations actives à Venise et à Chioggia à l’époque moderne.

Accordi dei Garzoni: registres et contrats

Nous devons l’existence de la série Accordi dei Garzoni à l’activité de la Giustizia Vecchia. En effet, en application de lois du XIIIème et XIVème siècles, l’une des responsabilités de cette ancienne magistrature était d’enregistrer les contrats d’apprentissage conclus dans les diverses corporations de métiers à Venise. Ces lois témoignent d’une volonté de la part des autorités publiques de réguler le travail, et plus particulièrement celui des jeunes enfants et des domestiques (cf. post sur la Giustizia Vecchia).

Si tous les maitres et corporations sont loins d’avoir respecté les instructions — pourtant réitérées régulièrement —  des Giustizieri vecchi, un enregistrement régulier et continu des contrats a tout de même été assuré sur plusieurs siècles. Les Accordi dei Garzoni en sont une des traces les plus complètes et les mieux conservées, avec 32 registres couvrant 200 ans de 1575 à 1772.

registri_garzoniReduced_maud_10-12-15-small
Boites contenant les registres de la série Accordi dei Garzoni

Les registres

Les registres des Accordi dei Garzoni comportent de 400 à 600 pages en moyenne et sont dans l’ensemble en bon état. Le premier registre (n°151) commence le 9 Juin 1575 et le dernier (n°182) se termine le 20 Mai 1772. La couverture de l’intervalle est continue dans l’ensemble, avec cependant des lacunes au début et à la fin du XVIIème siècle. L’ensemble contient environ 55 000 contrats.

pilaRegistri2_maud10-12-15 copyfoglieti_maud_10-12-15 copy

Les registres comprennent de 3 à 6 enregistrements de contrat par page, chacun formant un paragraphe de 6 à 10 lignes précédé de la date.  Une note additionnelle apparaît parfois dans la marge, témoignant d’une rectification ou modification apportée a posteriori au  contrat. L’enregistrement des contrats était réalisé par différentes personnes, d’où des écritures manuscrites fort différentes. Le déchiffrement de ces écritures est aujourd’hui réservé à des paléographes expérimentés, connaisseurs du dialecte vénitien et familiers des nombreuses abbriéviations utilisées.

Giustizia-vecchia_Accordi-dei-garzoni-b-115-reg-158_0036_018-r
Accordi dei Garzoni, boite 115, reg 158, folia 18r.

 

Les contrats

La grande majorité des contrats ont été enregistrés en suivant le même ‘patron’,  c’est-à-dire en consignant les même informations. Prenons un exemple:

baldisera
Contrat de Baldisera de Zuanantonio; boite 112, reg 151, folia 18r

pas évident à lire !

Ce contrat, à l’instar de tous les autres, donne des informations à propos de:

  • l’identité des personnes concernées: l’Apprenti, le Maître et potentiellement un Garant. Dans notre exemple Baldisera de Zuanantonio, agé de 8 ans, s’engage à travailler auprès du maitre Francesco Philippo, engagement garanti par son père Zuanantonio. Des renseignements tels que l’âge, la résidence, l’origine géographique sont souvent mentionnés.
  • la profession enseignée et l’atelier où se déroule l’apprentissage. Ici Baldisera apprendra l’art de peindre les coffres (depentor da casse) dans l’atelier du maitre peintre situé a San Baggio.
  • les diverses conditions du contrat, avec le salaire (ici 20 ducats), la mention d’éventuels bénéfices en nature, la durée du contrat (ici 8 ans), et bien souvent d’autres détails.

La régularité des informations fournies est un atout majeur: elle permet la systématicité de l’étude des contrats et facilite grandement la définition d’un modèle de données.

 

Auteur: M. Ehrmann

Des sources aux ressources, les Garzoni sur le Web sémantique

La série documentaire des Accordi dei Garzoni comporte 32 registres où sont consignés plus de 55,000 contrats d’apprentissage, de la fin du XVIème à la fin du XVIIIème siècles à Venise (cf. post sur registres et contrats). Offrant de multiples indications sur qui embauchait qui, pour apprendre quel métier et sous quelles conditions, ces registres constituent une précieuse source d’information quant à  l’écosystème de l’apprentissage venitien.

Comment exploiter cette source historique? Comment collecter la masse d’information et la rendre accessible à tous?

La partie computationelle du projet Garzoni est dédiée au développement d’un système d’information géo-historique afin de collecter, traiter et exploiter l’information contenue dans les Accordi dei Garzoni. Ce développement se fait sur un mode incrémental, avec la “construction” progressive de l’information, suivant les principales étapes suivantes:

  1. Acquisition des documents: numérisation
  2. Acquisition des données: modélisation et annotation des documents
  3. Traitement des données: normalisation, désambiguïsation et inférence
  4. Exploitation des données: recherche et visualisation

Si l’étape (1) peut paraître relativement triviale, il convient de ne pas sous estimer son importance: la qualité des images acquises affecte leur facilité de traitement, tant par des humains que par des machines.

L’étape (2) correspond à l’extraction de l’information contenue dans les documents. Il s’agit d’annoter les contrats d’apprentissage en fonction d’un modèle et de stocker de manière appropriée l’information recueillie.

Le préambule indispensable de cette étape  correspond à la modélisation du domaine, soit l’identification des concepts, des entités et de leurs relations. En bref: quels sont les éléments qui nous intéressent dans les contrats d’apprentissage? Ces derniers sont définis en fonction des documents (l’apprentissage tel que vu au travers des contrats) et des objectifs d’étude du projet (économie, famille, flux migratoires, etc.). Ils sont  structurés en une ontologie exprimée selon le language de représentation de connaissances OWL (Web Ontology Language) du W3C. Cette formalisation permettra par la suite des inférences automatiques.

Une fois équipés d’un modèle, il est possible de procéder à la transcription et annotation des documents. Pour ce faire, nous développons une interface web, appelée DHCanvas, qui permet de visualiser et annoter des images de documents: l’utilisateur peut sélectionner un segment d’image, le transcrire, lui attribuer différentes étiquettes sémantiques et spécifier des attributs. Les principaux atouts de cette interface sont la conservation du lien entre l’annotation (déjà une interprétation) et la source (le segment d’image), la gestion d’annotations concurentes et sa totale compatibilité avec les standards de représentation de resources digitales et d’annotations (IIIF, Shared Canvas Model et Open Annotation Model). Plus de détails sur DHCanvas dans un prochain billet.

Le format de représentation et le mode de publication suivent les standards du web sémantique: chaque entité, concept, propriété ou relation est une ressource RDF (Resource Description Framework, un format  pour la représentation et l’échange de données) et est publiée selon les principes de Linked Data.

Au terme de cette phase d’annotation, nous obtenons un ensemble de ressources, constitué de segments d’images et d’instances du modèle.

Ces données sont cependant encore difficilement exploitables, car présentant de nombreuses variations:

  • variation linguistique, avec les problèmes classiques de synonymie (plusieurs formes linguistiques – un concept ou entité) et d’homonymie (une forme – plusieurs concepts ou entités). Il importe donc de normaliser, c’est-à-dire identifier les variantes d’un même concept ou d’une même entité (principalement pour les professions,  lieux et personnes).
  • variation de saisie hiérarchique, avec des entités relevant de différents niveaux de généricité/spécificité. C’est le cas des noms de lieux, qui peuvent correspondre à des village, villes, régions ou pays.

Il importe donc, en étape (3), de traiter les données pour en faciliter l’exploitation. Cela comporte:

  • normalisation et désambiguïsation,
  • inférence, et
  • étabissement de liens vers d’autres datasets.

Enfin, l’étape (4) correspond au développement d’une interface pour l’exploration des données, laquelle permettra de rechercher une entité précise, de visualiser le network des personnes, et d’avoir une vue statistique d’ensemble des différentes facettes du dataset. Plus d’information sur le prototype prochainement.

Auteur: M.Ehrmann